Réconciliation en Côte d’Ivoire / La COVICI appelle les victimes à refuser la violence

Acquittés le 15 janvier 2019 par la chambre de première instance de la Cour Pénale Internationale (CPI), Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont obtenu leur libération totale le 31 mars 2021, avec les juges de la chambre d’appel. Au moment où, l’Ex-Président ivoirien se prépare à regagner Abidjan, ce jeudi 17 juin 2021, des voix se lèvent pour appeler à un boycott de l’accueil en cours de préparation.

Face à cette situation qui pourrait déboucher sur de nouvelles violences en Côte d’Ivoire, la Confédération des Organisations de Victimes des Crises Ivoiriennes (COVICI) est montée au créneau le dimanche 13 juin 2021 pour interpeller sur les conditions à mettre en place pour éviter de nouvelles victimes.

Selon le Président du Conseil d'Administration (PCA) de la COVICI, Kanté Lassina, la justice demeure un rempart qui garantit les droits et les devoirs de chacun, la protection des plus faibles. Elle est surtout un instrument de promotion de la vérité qui devrait mettre fin aux conflits et ouvrir la voie au vivre ensemble, à la paix et à la stabilité. Puis d’ajouter, « La COVICI ne trouve aucun inconvénient au retour de Laurent Gbagbo dans son Pays. Elle souhaite que ce retour contribue à la décrispation et à la réconciliation nationale ».

Poursuivant, le PCA a adressé des recommandations à toutes les classes impliquées dans la quête et la gestion de la réconciliation nationale. Au ministre de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale, il demande la création d’un cadre permanent de dialogue entre les leaders politiques et la mise en œuvre des résolutions du Séminaire de Jacqueville. Aux responsables politiques, le respect de la mémoire de toutes les victimes des crises survenues en Côte d’Ivoire et l’apaisement de la douleur de leurs familles ; Faire preuve de dépassement et de responsabilité pour éviter un autre épisode de trouble et de violences graves ; Transformer les partisans et cyber activistes en acteurs de paix et réconciliation.

Aux organisations de victimes, la COVICI demande de : Renforcer l'encadrement et la sensibilisation des Victimes à la culture de la paix et la Cohésion Nationale ; S’engager résolument sur la voie de la lutte pacifique pour la réparation des victimes ; Refuser de s'inscrire dans le programme des entrepreneurs de la violence. Et au bureau de la CPI en Côte d’Ivoire : d’informer les victimes et les populations sur la décision d’acquittement et de s’impliquer à tous les niveaux pour préserver la Paix. Notons que la COVICI a été créé en septembre 2013 de la volonté des organismes internationaux et des structures nationales après un atelier de trois jours à la Riviera Palmeraie.

Raphael Okaingni

791
A lire aussi