Menaces et intimidations contre le journaliste Noël Konan / L’ONJI-CI dénonce et appelle à une enquête pour sa sécurité et son intégrité

L’Organisation nationale des journalistes d'investigation de Côte d'Ivoire (ONJI-CI) a décidé de donner de la voix, face aux tentatives de menaces et d’intimidations dont est l’objet le journaliste Noel Konan. Son président, Koné Sériba, dans une déclaration du lundi 11 mars 2024 a appellé les autorités à prendre leurs responsabilités. Déclaration !

L’Organisation nationale des journalistes d'investigation de Côte d'Ivoire (ONJI-CI) tient à porter à la connaissance de l'opinion nationale et internationale les faits alarmants et inacceptables auxquels notre confrère Noël Konan, Directeur de publication du site www.letau.net, est confronté dans l'exercice de ses fonctions depuis quelques semaines.

Noël Konan a entrepris une enquête sur des cas avérés d'extorsion de fonds à des opérateurs économiques, de fraude sur la nationalité, de trafic du passeport ivoirien et de falsification de documents administratifs. Au cours de ses investigations, il a mis en lumière des informations compromettantes impliquant plusieurs individus, dont le nommé Kadri Cheick Berté, en service au sein de l'Unité de lutte contre la grande criminalité (ULGC).

Soucieux du respect des règles déthique et de déontologie du journalisme, Noël Konan va mener des démarches en vue dentrer en contact avec le mis en cause et avoir sa version des faits. Malheureusement, au lieu de répondre aux questions légitimes posées par le journaliste, le sieur Kadri Cheick Berté a choisi de recourir à des méthodes d'intimidation et de menaces à l'encontre de notre confrère. Non seulement il a refusé de lui fournir des explications sur les allégations portées contre lui, mais il va également lui envoyer les photos de profil de ses comptes X et Facebook.

De plus, Kadri Cheick Berté va franchir une ligne inacceptable en envoyant à Noël Konan, des données à caractère personnel telles que sa Carte Nationale d'Identité (CNI) portant le nom de ses parents, le relevé de ses appels téléphoniques et son lieu d'habitation. Ces actes constituent une violation flagrante de la liberté de la presse, de la vie privée et de la sécurité du journaliste qui cherche à informer le public de manière indépendante et impartiale.

L'ONJI-CI condamne avec la dernière énergie ces agissements répréhensibles et appelle les Organisations professionnelles des Médias (OPM), les autorités compétentes, les Organisations des droits de l'homme, l'opinion nationale et internationale à prendre conscience de cette situation et à agir en conséquence.

La liberté de la presse et la protection des journalistes sont des piliers essentiels pour toute société démocratique, et il est inacceptable que de tels actes d'intimidation restent impunis.

Nous exhortons les autorités à diligenter une enquête approfondie et impartiale sur ces incidents, à garantir la sécurité et l'intégrité de Noël Konan, à prendre des mesures appropriées pour assurer que la liberté de la presse soit respectée et protégée en Côte d'Ivoire.

Les journalistes doivent pouvoir exercer leur métier sans crainte de représailles, d'intimidation ou de violence, et il est de la responsabilité de l'État de garantir un environnement sûr pour le journalisme indépendant et d'investigation.

L'ONJI-CI reste solidaire de Noël Konan et de tous les journalistes qui font face à des menaces et des pressions dans l'exercice de leur profession. Nous continuerons à défendre la liberté de la presse et les droits des journalistes en Côte d'Ivoire et au-delà de nos frontières.

Nous appelons à la solidarité de la communauté internationale et des organisations de défense des droits de l'homme pour soutenir notre démarche et faire pression afin que justice soit rendue et que la liberté de la presse soit préservée.

Fait à Abidjan, le 11 mars 2024

KONE Sériba

70
A lire aussi