Amélioration de la caféiculture en Afrique / Aly Touré formel : le revenu des planteurs doit changer

ECONOMIE Raphael 31/05/2022

L’Agence des Cafés Robusta d’Afrique et de Madagascar (ACRAM) en partenariat avec le Centre du Commerce International (ITC), l’Organisation Interafricaine du Café (OIAC) et l’Organisation Internationale du Café (OIC), a organisé une table ronde le vendredi 27 mai 2022 à Lomé au Togo.


L’objectif de cette rencontre était d’échanger sur les évolutions dans le secteur du Café, ainsi que la sensibilisation des autorités des pays membres de l’ACRAM sur des pistes de solutions existantes pour développer une industrie de café viable et durable.

L’Ambassadeur Aly Touré, président du Comité Jeunesse, Promotion et Marketing de l’ACRAM, a remercié le ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation du Togo Sevon Tepe Kodjo Adedze ; puis il a félicité les organisateurs pour cette initiative avant de faire quelques observations et proposer des pistes de solutions.

Lire aussi : Durabilité de l’économie cacaoyère mondiale / Les propositions du porte-parole des pays producteurs

Selon lui, le revenu annuel de l’Industrie du Café est estimé à 200 milliards US, alors que seulement 20% de cette cagnotte revient aux pays producteurs. Parlant de la durabilité de la filière caféière mondiale, il a indiqué que quel que soit le défi abordé (recherche technologique et scientifique, formation des planteurs et renforcement des capacités, transformation et promotion de la consommation, bonnes pratiques agricoles et entretien du verger), tout a un coût.

« On ne peut pas continuer à organiser des rencontres tant que le revenu du petit producteur ne fera pas l’objet de discussions sérieuses. Lorsqu’un petit planteur ne gagne pas assez d’argent pour ne serait-ce que couvrir les coûts de production, il sera difficile de parler de durabilité. Nous ne pouvons pas continuer à faire le tour des capitales et ne pas aborder l’épineuse question de l’amélioration du revenu du producteur », a déclaré Aly Touré.

Il a proposé la rédaction d’un projet de l’ACRAM, relatif à la transformation et à la promotion de la consommation, suivi de l’organisation d’une table ronde avec les institutions financières internationales et les partenaires au développement, en vue de mobiliser les fonds nécessaires pour aider et soutenir les jeunes et les femmes des pays membres de l’ACRAM.

Lire aussi : Innovation Automobile / Prix du Meilleur Jeune Manager, il vise le Prix National d’Excellence

Notons que la conférence a été précédée par une formation sur la gestion moderne de kiosque et de bar à café pour les entrepreneurs, du 21 au 26 mai 2022 à Kpalimé au Togo. Association internationale à but non lucratif regroupant les opérateurs privés et publics intéressés par la filière Café Robusta d’Afrique et de Madagascar, l’ACRAM est constitué de membres issus de neuf pays dont la Cote d’Ivoire, le Cameroun, le Gabon, la Sierra Léone, le Libéria, la Centrafrique, Madagascar, le Togo et l’Angola.

Infos d’Ivoire avec Sercom

Articles Récents

Articles Populaires