Valorisation de la femme africaine / Le concours Awoulaba Côte d’Ivoire s’ouvre à l’Afrique et devient Concours Reine Awoulaba d’Afrique

La présidente statutaire du Comité Awoulaba Côte d’Ivoire (CACI), Géneviève Dahon a annoncé, le jeudi 16 mars 2023 à Cocody-Angré, le changement de dénomination du Comité Awoulaba Côte d’Ivoire (CACI) en Comité Reine Awoulaba d’Afrique (CORA) dont elle est la présidente. Elle a profité de l’occasion pour dénoncer les actes de diffamations et d’usurpations de titre commis par son ex-secrétaire générale Zouzouko Charlemagne.

La Présidente Géneviève Dahon a rappelé les raisons de l’internationalisation du Concours Awoulaba Côte d’Ivoire. Selon elle, le professionnalisme dont a fait preuve le Comité Awoulaba Côte d’Ivoire (CACI) depuis plusieurs années dans la promotion de la beauté et la valorisation de la femme ivoirienne et africaine, ont suscité l’intérêt de partenaires nationaux et internationaux à internationaliser le concours.

« Après plusieurs années d’expérience et une assise nationale consolidée, le CACI, s’est inscrit à l’idée de notre tutelle et partenaire, le ministère de Culture et de la Francophonie, et du Bureau Unesco Abidjan, qui ont suggéré à la finale 2022, d’internationaliser le Concours Awoulaba », a-t-elle précisé.

avant d’ajouter « notre projet nouveau a tout de suite rencontré l’adhésion de nos pairs des pays de la sous-région qui ont bien voulu adopter la dénomination ivoirienne Awoulaba pour l’identification de ce concours en vue de la valorisation inclusive de la femme africaine, à travers ses atouts physiques, intellectuels et ses valeurs socio-culturelles ».

Géneviève Dahon, présidente du CORA-CI s’est réjouie de l’adoption du concept ivoirien Awoulaba par l’Afrique (Ph : DR)

Pour la première édition du Concours sous sa nouvelle forme, ce sont le Mali, la Guinée, le Ghana, le Niger, le Togo, le Bénin, le Cameroun et bien sûr la Côte d’Ivoire qui ouvriront le bal en 2024 ; chacun avec une division nationale du CORA d’où le changement de la dénomination CACI en CORA Côte d’Ivoire (CORA-CI), entendons Comité Reine Awoulaba d’Afrique-Division Côte d’Ivoire.

La présidente Géneviève Dahon dénonce un acte de sabotage et dépose une plainte

S’agissant des agissements ‘’malsains’’ de son ex-secrétaire générale Zouzouko Charlemagne, la présidente du CORA-CI a fait savoir qu’il ‘’a organisé un point de presse il y a presque 2 semaines pour annoncer la tenue du concours Awoulaba en Côte d’Ivoire sous sa direction ; sans avoir dit que j’avais été déchu de mon poste pour faute lourde’’.

Pour ces faits, elle a informé de la saisine de la justice pour la suite de l’affaire. « Nous sommes des acteurs culturels au service du développement socioculturel de notre pays et nous attelons à faire notre part. Nous sommes dans un pays de droit, c’est pourquoi nous laissons la justice suivre son cours dans le cadre de la plainte que nous avons déposée contre cet usurpateur » a-t-elle fait savoir.

Notons que pour cette première sortie officielle du Comité Reine Awoulaba d’Afrique-Division Côte d’Ivoire (CORA-CI), la présidente Géneviève Dahon avait à ses côtés le vice-président Ouakoubé Médard dit commissaire Waka et le chargé de communication Armel Akonda Bokpè.

Infos d’Ivoire

614
A lire aussi