Copitour-Cedeao / Les acteurs de l’industrie touristique sur le pied de guerre - Siandou Fofana Cité

Le ministre du Tourisme Siandou Fofana au cœur d’une la polémique. Suite à la publication d’un message sur son compte officiel Facebook annonçant le lancement le lundi 23 et mardi 24 mai des activités de la ‘’dissidence’’ de la Confédération des Organisations Patronale pour l’Industrie Touristique (Copitour-Cedeao), le patron reconnu de cette confédération, le Burkinabè Zoungrana Pierre Célestin a donné de la voix pour interpeller le Gouvernement ivoirien, notamment le ministre du Tourisme.

Le samedi 21 mai 2022, à Treichville Avenue 12-Rue 38, la Copitour-Cedeao, par la voix de son vice-président ivoirien chargé de l’espace Francophone, Diomandé Mamadou, a tenu à rétablir la vérité. Pour Diomandé Mamadou, par ailleurs président de la Fédération des Industries Touristiques de Côte d’Ivoire (FENITOURCI), le ministre Siandou Fofana doit se désolidariser de cette action qui pourrait porter atteinte à l’image du président Alassane Ouattara, du Premier ministre Patrick Achi et discréditer l’ensemble des acteurs touristiques de la Côte d’Ivoire et de la sous-région.

Courrier Copitour-Cedeao 1.jpeg

Courrier Copitour-Cedeao 2.jpeg

Courrier Copitour-Cedeao 3.jpeg

« L’heure est grave (…) Nous pensons que le ministre Siandou Fofana ne doit pas associer son département et l’image du Premier ministre à cette activité annoncée sur les réseaux sociaux. Ceux qui se présentent comme des membres de la Copitour-Cedeao sont en réalité des dissidents. Ils ne sont reconnus nulle part. Contrairement à la Copitour-Cedeao née après le travail d’un Comité ad’hoc et une Assemblée générale élective, à laquelle 12 pays sur 15 de la Cedeao ont participé. La Côte d’Ivoire assure d’ailleurs la vice-présidence de la Copitour-Cedeao. (…) Le ministre ivoirien du Tourisme a même adressé un courrier de félicitation à notre Confédération, trois mois après la naissance de la Copitour-Cedeao à Ouagadougou », a-t-il affirmé.

Lire aussi : SILA 12 / Fleur Aké M'bo invite les politiques à créer les conditions d’un lectorat actif et durable

Certes, a expliqué Diomandé, la Copitour-Cedeao ne peut pas empêcher les dissidents de mener des activités. Mais, a-t-il insisté, ils ne doivent pas utiliser le sigle Copitour-Cedeao et le logo de la Confédération. « Le nom Copitour-Cedeao est déjà enregistré auprès de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI). Nous nous réservons le droit de porter plainte contre toute utilisation frauduleuse de notre signe et de notre logo », a-t-il-menacé.

Courrier Copitour-Cedeao 4.jpeg

Courrier Copitour-Cedeao 5.jpeg

Diomandé Mamadou est également revenu sur l’historique de la naissance de la Copitour-Cedeao. L’organisation sous régionale est née le 26 mars 2021 à Ouagadougou au Burkina Faso. « (…) Nous ne comprenons pas l’attitude de nos autorités qui si l’activité annoncée pour les 23 et 24 mai se confirme seront au cœur d’une crise sans précèdent pour le touristique sous régionale », a prévenu Diomandé Mamadou.

Mey avec F. Ali

826
A lire aussi