Cérémonie d'ouverture de la Can 2023 / Le critique d’art Christian Guehi attribue une note de 8/10

Dans un article publié sur sa page officielle, titré « Cérémonie d'ouverture de la Can 2023 / Un délice aux goûts de chacun », le critique d’art, Christian Guehi, président de l’Organisation professionnelle des critiques d’art de Côte d’Ivoire, Christian Guehi a attribué la note de 8/10 à l’organisation. Ci-dessous son regard critique sur le déroulé de la cérémonie d’ouverture du samedi 13 janvier 2024.

La cérémonie d'ouverture de la 34e édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) de football, ce samedi 13 janvier au stade olympique Alassane Ouattara d'Abidjan, était une grande fresque en plusieurs tableaux mise en scène par le chorégraphe Georges Momboye.

Cette fresque a été à la hauteur des attentes des ivoiriens et de plusieurs autres nations séduits par l'ingéniosité ivoirienne. Certains ont été sur leur faim à cause de l'absence des drômes. Les essais des drômes tant médiatisés avaient créés une forte curiosité si bien que certains concurrents avant " Déposés" (Entendez par déposer, se rendre, accepter qu'on est vaincu).

A quoi allait ressembler cette ouverture? C'est la question que tous se posèrent... la plus belle Can de tous les temps. A quoi allait ressembler l'ouverture de la plus belle Can ? Et ce 13 janvier arriva.

L'entrée majestueuse de l'artiste Josey, était imposante. Sa voix, un délice pour les oreilles. Sa chanson, une très belle orchestration et harmonisation portée par un très beau texte musical. Une chanteuse. Une vraie. Une diva....oui, Josey est une Diva. Une fierté. Certes la robe est prestigieuse, imposante, majestueuse. Mais le choix de la couleur Noire de sa robe est difficile à interprétersi on se réfère aux significations de la couleur noire. Des couleurs optimistes comme par exemple le rose clair ou blanche aurait rendu plus heureux, plus optimiste. Aussi un semi-live aurait été exceptionnel et valeureux pour e poser la magnifique voix de Josey.

Entrons dans le vif de notre critique avec la cérémonie d'ouverture. Quand vous regardez la cérémonie d'ouverture de la Can 2017, au Gabon..vous verrez le niveau de créativité et d'innovation sans pareil. Des effets spéciaux autour du patrimoine culturel, artistique et forestier. Les décors et chorégraphies ainsi que la rythmique étaient en harmonie. On aurait dit un film dans une salle de cinéma. L'adhésion du public était matérialisée par des applaudissements et le vacarme des vuvuzella. Nous n'etablissons pas une comparaison juste présenter un cliché.Un cliché que la cérémonie ivoirienne à présenter avec beaucoup d'originalité et de gaieté mais avec moins d'effets spéciaux.

Observation sur les tableaux de la fresque

Après la présentation de Josey, l'essentiel de cette cérémonie d'ouverture, était une grande fresque en plusieurs tableaux. Dès l’entame de cette fresque, des centaines de chorégraphes en tenues mosaïques et parées ont essayé de faire découvrir les richesses culturelles, artistiques et autres de la Côte d'Ivoire. Les Boloï ou le Poro du Nord et le Zaouli du Centre-Ouest, ont été mises en relief dans cette fresque. Certaines danses ivoiriennes ont été exécutées avec beaucoup de coloration. Des brassages entre danses et tenues.

C'était majestueux. Sur ce grand podium, étaient suspendues de grandes représentations des masques Baoulé et Sénoufo.

Momboye réussi dans cette fresque à faire un N'zassa, du traditionnel et du modernisme pour offrir aux festivaliers de la Can, ce 13 janvier un spectacle complet soutenu par les artistes musiciens Dadju et Tayc. La grande innovation observée est le monument touristique, le pont Ado suspendu derrière le podium principal et embelli par des feux d'artifices. On a également observé plusieurs illustrations mises en scène comme la statue Akwaba qui était de très belles factures Et, qui disait grand sur l'hospitalité, thème central de cette Can Ivoire. L'autre grande attraction était le groupe Magic System, la Nigériane Yemi Alade et de l'Egyptien Mohamed Ramadan, pour l'hymne de la Can soutenu par d'excellents pas de danses de la mascotte sous les acclamations du public. Aussi, les fumées des feux d'artifices sous forme de nuages ont été les vedettes.Effets recherchés ou pas, le décor était beau et sans pareil.

Félicitations

Avant, nous voulons féliciter Georges Momboye et son assistant pour ce spectacle de qualité. Le choix des couleurs, des chorégraphies, des schémas scéniques et de la musique. C'était beaucoup émouvant pour les ivoiriens. Il fallait voir le regard de certains pour voir la fierté d'être ivoirien. L'amour et le patriotisme étaient fièrement brandits comme un arc de triomphe. C'était exceptionnel et extraordinaire. Les sourires, les applaudissements, les cris, les danses, les chants....Le spectacle était beau.

Le niveau de la créativité en décidant de faire suspendre les masques Poro (boloi) et Zaouli étaient excellente. Un délice pour les yeux.

Le positionnement du pont Ado, la sortie de la coupe, exposition des drapeaux et l'étalage de la carte de l'Afrique avec cette couleur or, et les feux d'artifices orange, blanc, et vert dans le fond étaient un véritable tableau. Une toile dont la valeur est inestimable. C'était beaucoup. Oui, beaucoup trop beau et merveilleux. De la vue des drômes, c'était un délice. Oui, un délice.

Les prestations des artistes étaient excellentes car le public, les spectateurs dans les gradins étaient heureux. Des chants, des pas de danses...l'ambiance... était au rendez-vous.

Les bémols de Momboye

La scène. La fissure sur la scène était beaucoup trop visible. Il était encore mieux de mettre un tapis pour cacher cela. Les éléphanteaux tels confectionnés avec des cauris en lieu et place des oreilles étaient insuffisants. Cette création n'a pas été acceptée du public. Concernant les feux d'artifices, il était encore mieux de plonger dans l'obscurité momentanément le stade lorsque les feux étaient lancés. Cela aurait créé des effets plus denses, plus émouvants, plus séducteurs. Le nombre de danseurs pour une telle cérémonie était vraiment insuffisant. Le vide sur la scène d'ouverture était remarquable. La promotion de notre patrimoine artistique, culturel ont été insuffisants. Le patrimoine forestier avec des troupes d'éléphants avec des barrissements audio auraient été explosives.

Pour un spectacle de 20 minutes, nous croyons que Momboye devrait faire du remplissage. Ce qui fait la beauté des grands espaces. L'absence d'une représentation d'un éléphant avec une véritable dimension a été une grande déception. L'identité nationale ivoirienne et symbole de la Côte d'Ivoire n'a pas été mise en relief.

Pour l'instant, nous nous arrêtons ici avant de voir la cérémonie de clôture. Nous exprimons encore nos félicitations à Momboye et à son équipe. Pour l'heure, nous donnons la note de 8/10.

Christian Guehi

450
A lire aussi