Bilan Covid-19 sur la situation des frontières / L’OIM fait des recommandations à la sous-région

Les résultats d’une étude basée sur « L’amélioration de la facilitation des frontières et le renforcement des capacités de santé publique aux frontières en Afrique de l’Ouest en réponse aux maladies infectieuses, telle que la COVID-19 », financée par le gouvernement japonais à travers l’Agence Japonaise pour la Coopération Internationale (JICA), ont été présenté par l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM). C’était le vendredi 5 août 2022 à Abidjan-Plateau.

« La Covid-19 a fortement impacté le fonctionnement des frontières. On note une restriction du point de vue de la mobilité des personnes, des véhicules, des marchandises. Aussi, On observe des insuffisances d’équipement sanitaire pour appliquer le protocole », a révélé Dr Mohamadou Mountaga Diallo, consultant projet en matière de gestion des frontières. Pour lui, la crise sanitaire a causé des dégâts sur les activités pratiquées aux frontières.

Mohamadou Mountaga (en boubou blanc) invite les Etats à une véritable levée de boucliers

En outre, l’analyse a révélé certaines anomalies au niveau des mesures barrières. « Les infrastructures de mise en quarantaine des personnes voyageurs qui étaient suspectées de Covid-19, n’existaient pas pour l’essentiel des postes ; et le dispositif du lavage des mains était insuffisant », a dévoilé le consultant.

Lire aussi : Conditions d’études / Jean-Marc Yacé donne un nouveau souffle aux étudiants de la cité rouge

« Il faut qu’au niveau de l’État et à l'échelle bilatérale et régionale il y ait un renforcement d'équipements modernes pour lecture de documents de voyage », a recommandé Mohamadou Mountaga Diallo.

Sur sa lancée, il a expliqué qu’il était important de ‘‘renforcer les compétences et capacités technique des agents aux postes frontières’’ afin d’assurer la bonne gouvernance de celles-ci. Il est plus que nécessaire que les gouvernements règlent cette situation, afin que le trafic frontalier se passe dans des meilleures conditions. Car dira-t-il, « il faut créer une coopération interservices et transfrontalière qui implique les Etats de part et d'autre des frontières' ».

Lire aussi : Une nouvelle université en vue à Odienné / Le Communiqué du Conseil des ministres

Notons que cet atelier a vu la présence des représentants des missions de l’OIM des pays de la sous-région qui ont fait l’objet de cette étude : Bénin, Ghana, Togo, Burkina Faso et Côte d’Ivoire.

Mey

457
A lire aussi